Miss Peggy était vraiment la secrétaire idéale, belle, intelligente et serviable. Que demander de plus? Oh, je vois ce que vous pensez. Je ne couche jamais avec mes secrétaires, dû moins pendant le service. Après tout ce n'est pas de ma faute si la nuit elle se retrouve nue dans mon lit. Un jour il faudra que je l'épouse, si j'ai le temps.

 Il se passa une bonne semaine avant que le souvenir de notre affaire me fit quitter mon lit. J'ai vraiment une très bonne secrétaire...

L'envie irrépressible de prendre mon travail à bras le corps, à moins que ce ne soit l'envie de changer les draps, me fit enfin sortir de mon lit pour prendre la direction de mon bureau. Naturellement, le passage par la salle de bain s'imposait à la fois pour moi mais aussi pour ces pauvres mouches qui n'avaient plus l'audace de se poser sur moi.

 De retour à mon bureau donc, je repensais à mon enquête. Naturellement j'aurais pu téléphoner à Thomas Seegers pour savoir où il en était, mais je n'aime pas la facilité. Et si je voulais garder toutes mes chances de mettre un jour Miss Palmers dans mon lit, et dans mes rêves les plus fous en même temps que Miss Peggy, je me devais de résoudre cette affaire seul. Ce qui au passage pourrait aussi justifier mes honoraires que moi-même je juge immorale. Mais que voulez-vous, il faut bien payer mes impôts.

Alors qui a tué Richard Palmers? C'est une question qui, je vous l'accorde, mérite d'être posée. Mais qui, et c'est bien là l'essentiel, me permettra peut-être de mettre dans mon lit sa jolie fille.
Donc, comme le sens inné du devoir qui m'habite ainsi que la perspective de gains lucratifs et salaces, me l'ordonnent, j'ai entrepris de poursuivre mon enquête.
Que savions-nous? Que Richard Palmers avait été découpé en morceau et que les mots "Jess m'a tué" étaient inscrit au rouge à lèvres sur le miroir de la salle de bain. Pas d'empreintes, pas d'indices et naturellement pas de suspect. Comme dirait l'incroyable Colombo "Pas de suspect, c'est déjà suspect". Il me fallait une piste, je piétinais.
Vous me direz cela fait seulement quelques minutes que je me suis penché sur la question, mais le grand Jack a-t-il eu besoin de plus de temps pour résoudre la fameuse affaire des bijoux volés de la Reine? Oui d'accord, le voleur m'a percuté au moment où il sortait de chez lui un sac remplit de bijoux. Comme j'avais un café à la main je fut à la fois brulé et trempé. Alors, naturellement quand il s'est enfuit en courant, je l'ai pourchassé et rattrapé pour lui faire payer la facture du pressing, la suite vous la connaissez, reçu par la reine, journaliste, Télévision, série de téléréalité. La gloire, la fortune et les filles... Mais là, allez savoir pourquoi la coupable ne m'a pas percuté, d'ailleurs je n'ai même pas de café, vous voyez comme c'est ridicule.